Ateliers – Workshops

— faites défiler pour lire la version française  —

The tutorials are on http://moodle.paris-sorbonne.fr

DIGITAL IMAGE WORKSHOPS: learning by doing

The objective of our digital image workshops is to experiment how far the options in image manipulation software are derived from age-old drawing practices, thus exploring artistic heritage.

Practice leads to knowledge as a continuation of artistic traditions, and also as a means of acquiring a painter’s eye on the works of the past.

SpringAutumngauche

 

Image ©CSTI 

Example above: a view of St James’s Park in London with the London Eye seen through a vegetal frame. First manipulation, on photos of Autumn leaves and of Spring branches in bloom, select the outer parts and position them in successive layers – this is tantamount to an aesthetic choice, a framing effect.  Second manipulation, arrange for the junction between the branches on top and the leaves below to be gradual, with a ‘layer mask’ set to ‘gradient’ – the aesthetic correlative being ‘blur’ or ‘insensible transition’ effects. Third manipulation: make the frame stand out by underlining it with a shadow (slightly exaggerated here to make it visible), choosing its blur and its colour – issue in the history of aesthetics: the use of shadows, their sfumato and their colours, from Vinci to the Impressionists.

To pursue the topic, we should note that if the designer decides to add a cast shadow to an object, the relevant filter suggests the default setting of placing the shadow below and to the right of the object – because it implies a source of light coming obliquely from the top left-hand corner, which has for centuries been the traditional positioning of natural daylight in studios, often influencing the direction of light in paintings. Practice thus allows us to explore our artistic heritage  and to acquire better connoisseurship in the appreciation of painting.

A usual trick in infographics is to add a cast shadow to outline objects and throw them into relief on their backgrounds; it may also be seen as a legacy, a present-day version of a debate going back to 18th-century studies  on sight emphasising the part played by shadows in the perception of objects.

Such reflexive approaches should help students to contextualise current issues in the subject: yesterday (12 February 2015), the Administrator of the Collège de France, introducing the inaugural lecture of Marie-Paule Cani ‘Shaping the imagination: from 3D digital creativity to animated virtual worlds’, started from perspective frescoes in Renaissance Florence and continued with Monge’s geometrical models  to conclude on present-day uses of 3D in surgery, architecture or astrophysics.

—————-

Les tutoriels sont accessibles sur http://moodle.paris-sorbonne.fr

ATELIERS: la connaissance par la pratique

Nos ateliers de pratique d’image numérique visent à expérimenter comment les options offertes par les logiciels d’infographie sont héritières de techniques artistiques multiséculaires, et donc par là à faire mieux découvrir cet héritage.  L’action mène à la connaissance en prolongeant ainsi des traditions, mais aussi  parce qu’elle conduit à exercer le regard sur les œuvres du  passé.

SpringAutumngauche

Image ©CSTI 

Exemple: ci-dessus : une vue de St James’s Park à Londres avec la grande roue vue au travers de végétaux. Première manipulation,  sélectionner, sur une photo de feuilles d’automne et sur une photo de branches fleuries printanières, la partie extérieure et la placer sur la photo en calques superposés; ce qui équivaut à un choix esthétique : l’effet de cadrage. Deuxième manipulation, faire que le raccord entre les branches du haut et les feuilles du bas soit insensible, par un masque de calque avec dégradé sur la zone de jointure ; réflexion esthétique correspondante : le dégradé, le flou. Troisième manipulation : donner du relief au cadre en le soulignant par un ombrage (un peu exagéré ci-dessus pour le rendre perceptible), dont on choisit le degré de flou et la nuance ; histoire de l’esthétique évoquée: l’usage des ombres, leur sfumato et leurs couleurs, de Vinci aux Impressionnistes.

Pour approfondir ces questions, on note que si l’infographiste décide d’ajouter une ombre portée à un objet, le filtre d’ombre offre comme réglage par défaut (que l’on peut évidemment modifier) une ombre au dessous et à droite de l’objet. Pourquoi ? parce qu’il suppose une lumière venant à l’oblique d’en haut à gauche, ce qui est depuis des siècles la disposition de la lumière du jour dans les ateliers, influençant souvent la direction de l’éclairage dans les tableaux. Ainsi la pratique permet d’explorer ce passé et de s’exercer le regard pour la contemplation des œuvres.

Il est fréquent en infographie d’utiliser l’ombre portée comme cerne pour délimiter un objet et le faire ressortir sur son fond ; on peut là aussi y voir un héritage, c’est la version actuelle d’un débat remontant aux études sur la vue qui dès le XVIIIe siècle traitaient du rôle des ombres dans la perception des objets.

Ces réflexions sont un moyen pour les étudiants d’aborder l’actualité de ces sujets : hier (12 février 2015) l’administrateur du Collège de France, en présentant la leçon inaugurale de Marie-Paule Cani « Façonner l’imaginaire : de la création numérique 3D aux mondes virtuels animés », a d’abord évoqué les fresques en perspective dans la Florence de la Renaissance pour poursuivre par les modèles géométriques de Monge avant d’aboutir aux usages actuels  de la 3D en chirurgie et en architecture ou en astrophysique.

Une réflexion au sujet de « Ateliers – Workshops »

  1. Moi qui suis une quiche en informatique, j’ai apprécié la limpidité du cours sur la manipulation des Images Numériques!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *