QUI SOMMES-NOUS?

 

L’objet scientifique de A.R.T.S est l’étude des sociétés britanniques et américaines dans leur rapport aux représentations. Les chercheurs s’intéressent  aux  cultures visuelles britanniques et américaines, aux images, au visual studies et aux nouvelles technologies. Loin d’être inféodés à l’histoire de l’art, les chercheurs de A.R.T.S se veulent à la fois interdisciplinaires et transdisciplinaires. Tous s’intéressent au concept de représentation et se nourrissent de l’histoire des arts mais aussi des études de civilisation britannique et américaine, de l’histoire sociale, de l’histoire environnementale, de l’histoire des jardins, etc.

Les chercheurs assocités à ARTS président à l’organisation de l’atelier « A.R.T.S » du congrès de la SAES et contribue ainsi à fédérer la communauté de l’anglistique autour des questions artistiques et esthétiques du Moyen-Age à nos jours sur les deux aires culturelles que sont principalement la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

N.B L’équipe qui a porté le nom de CATI puis de CSTI entre 2000 et 2017 a créé des ressources en ligne mettant en valeur l’interdisciplinarité facilitée par le support numérique : sur un sujet, comme les villes britanniques du XVIIIe siècle, des documents géographiques, sociaux, scientifiques, artistiques et littéraires en interaction. Ces ressources multimédia visent à souligner les capacités de problématisation offertes par la présentation assistée par ordinateur et par l’interactivité : surimpression de schémas interprétatifs articulant cartes et dessins d’architecture, animations simulant des paysages urbains, circuits avec options sur les codes sociaux d’une époque. Elle place ainsi le numérique dans l’histoire des représentations, en éclairant ses relations avec les images passées telles que gravures, perspectives, panoramas. L’équipe publie des travaux réflexifs de recherche sur les hyperdocuments, sur le rôle des technologies dans l’approche du patrimoine culturel ou dans la relation arts-sciences, et sur les mondes virtuels, s’inscrivant dans la lignée des « humanités spatiales ». Elle maintient une veille sur les projets de ce domaine, soulignant les renouvellements des domaines historiques ou patrimoniaux par le numérique, tout en poursuivant des échanges avec des partenaires internationaux. Elle met en ligne des supports de formation interactifs sur ces thématiques, dont certains en liaison avec des domaines scientifiques. CSTI a fait reposer la théorie sur la pratique, donnant à ses participants une expérience de ce medium vue de l’intérieur lors d’ateliers de création numérique, situés dans l’histoire de l’esthétique ; pour associer les travaux des humanités numériques à leur base scientifique, CSTI a organisé des expositions et démonstrations en partenariat avec des professionnels du monde de l’informatique. Les compétences acquises peuvent ainsi se situer dans plusieurs cursus ou domaines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *